Monday, March 27, 2006

Les émeutes urbaines gagnent Barcelone

Le quotidien espagnol ABC rapporte dans son édition d'aujourd'hui que les rues de Barcelone ont été l'objet d'une guerilla urbaine menée par environ 200 casseurs. Le bilan fait état d'environ 50 arrestations et autant de blessés. Depuis quelques temps, les observateurs sentaient monter petit à petit les actes violents et de vandalisme dans la ville. Ainsi le quotidien cherche à comprendre les raisons qui ont poussé ces jeunes à bruler des voitures, casser des vitrines et dévaster un supermarché. Il soupconne ces jeunes "anarchistes" de venir d'Italie et de France, fuyant la repression policière (sic !).

Ces scènes ne sont pas sans rappeler les évènements qui ont eu lieu en France à l'automne dernier. L'erreur est d'y chercher une quelconque explication. Il s'agit d'un défoulement primitif de voyous qui, sous l'effet conjugué de l'alcool, de la drogue, de la musique de sauvage et du désoeuvrement retournent à un comportement tribal. Leur seule volonté à la limite est de revendiquer un territoire où personne d'autre qu'eux ne fait la loi, ceci afin d'y laisser prospérer une économie parallèle faite de vols et de trafics en tous genres.

Et non chers amis espagnols, la France ne vous envoie pas ses voyous, car ils prospèrent confortablement chez nous ! Tout au plus, les images diffusées à la télévision ont-elles pu initier des comportements, encore que la plupart des films et des séries télévisées américaines ne soient pas en reste à ce niveau-là.

En conclusion, toute société ou toute ville cosmopolite et ouverte à tous les vents sera confrontée dans les années à venir à ce type de problème: d'une part l'économie européenne n'est pas assez dynamique pour offrir un emploi à tout le monde, et d'autre part l'afflux d'immigrés entraine une perte des valeurs identitaires et de la solidarité entre les membres d'une même nation ce qui laisse ainsi de nombreuses personnes au bord de la route. Rétablissement des frontières, arrêt des délocalisations, rétablissement du service militaire, construction de prisons et investissements massifs dans la formation sont les seuls moyens pour éviter le pire, c'est-à-dire la guerre civile. Mais quel politique aura le courage de parler "vrai" aux peuples ?

0 Comments:

Post a Comment

<< Home