Tuesday, April 18, 2006

Jean Lassalle: l'inutile combat d'un fada amoureux ?

Après 39 jours de jeun, Jean Lassalle maire d'Accous (UDF) vient de cesser sa grève de la faim: c'est un grand ouf de soulagement ! Car il a bien failli laisser une veuve avec 4 enfants derrière lui.
On ne peut que se réjouir pour sa santé, mais ce "combat" pose plusieurs questions:
- comment le gouvernement a-t-il pu laisser un député mener ainsi une grève de la faim à l'Assemblée Nationale pendant presque 40 jours ? Sans parler des répercussions à l'étranger et notamment au Japon qui a moyennement apprécié cette mascarade, cela ne donne pas une bonne image de la politique dans l'opinion publique française. Depuis "l'affaire" du CPE, on savait que De Villepin était sourd, mais à ce point là, serait-il également mal-voyant ? Un député n'a-t-il pas d'autres moyens moins "extrèmes" de se faire entendre ? Et n'est-ce pas justement son rôle d'entrer en communication avec les "sphères du pouvoir" et d'éviter à des citoyens "lambdas", si souvent désemparés devant des décisions nationales qu'ils jugent injustes, d'avoir recours à des actes violents ? Cela ne va-t-il pas créer un "précédent facheux" ?
- de plus, si Jean Lassalle voulait défendre la vie dans sa vallée, a-t-il réellement choisi le bon dossier ? Interviewé par la presse, il a justifié son action parce qu'il constate impuissant jour après jour le départ des petits commercants de sa commune, ainsi que celui des médecins et des services publics comme l'école ou la poste. Mais en ce qui concerne Toyal, il s'agit là d'une entreprise privée qui suit une stratégie industrielle. Si cette entreprise a voulu partir à Lacq pour assurer son avenir et créer un centre de recherche (7 emplois potentiels au démarrage), c'est qu'elle pensait que la vallée d'Aspe était trop étroite, trop éloignée des voies de communication pour assurer son développement. De plus, fait très important, il s'agit d'une entreprise chimique qui pollue horriblement. Comme le précise le maire de Lacq (PS) interviewé sur Europe 1, répondant à la directive Seveso, Toyal n'avait d'autre choix que de "déménager" (et non "délocaliser" car il y a 65 km de distance) à Lacq afin de respecter les normes environnementales.
Obéissant probablement à une émotion bien légitime, Jean Lassalle s'est certainement laissé aller à écouter son coeur. Personne ne peut lui en vouloir d'éprouver des sentiments amoureux envers son pays. Mais pourquoi son entourage familial, professionnel et politique ne lui a-t-il pas indiqué le bon chemin, la bonne voie ? L'incompétence serait-elle une maladie contagieuse à ce point répandue de l'Elysée à l'Assemblée Nationale en passant par Matignon ? Quelle tristesse, et pauvre France ...

0 Comments:

Post a Comment

<< Home