Monday, April 17, 2006

PSG à prendre ou à laisser: fallait pas hésiter !

Pour le moins curieux et rocambolesque cette vente éclair du PSG !
Début 2006, Canal+ propriétaire du club juge les résultats sportifs insuffisants et fait pression sur le président pour qu'il limoge l'entraineur Laurent Fournier ... pourtant sauveur de la saison 2004-2005 qui aurait pu se terminer ... en Ligue 2 !
On se dit que Canal+ recherche l'excellence et croit toujours au club !
Patatras ! Il a suffi d'un match calamiteux contre la réserve de l'OM pour qu'un branle-bas de combat s'installe dans les bureaux feutrés de Canal+ ! Devant une telle déroute et une telle humiliation, l'actionnaire ne sait plus que faire et est bien obligé de reconnaitre son incompétence, sportive en tout cas.
Il faut donc vendre le club au plus offrant.
Nul en sport, Canal+ serait-il aussi nulle en affaire ?
L'achat des droits télévisés de la Ligue 1 pour 600 millions d'euros avait déjà fait rire plus d'un paysan français qui a la tête sur les épaules. Encore faut-il qu'il s'intéresse au foot et qu'il arrive à se représenter une telle somme ! Enfin, on peut le rassurer pour voir le spectacle du championnat de France, cela revient à acheter 20 théatres de guignols régionaux à 200 millions de francs pièces. Eh oui Marcel ca fait cher la marionnette !
Ainsi la vente du PSG se conclut en quelques jours ! Un premier acheteur est vite supplanté par un second surgit de nulle part. Mais ce dernier a raison car le prix demandé est ... ridiculement faible ! 41 millions d'euros ! Cela représente seulement le transfert de Pauleta, "capitaine des marionnettes". La vente de tous les joueurs (tous les "actifs") atteindrait donc facilement 3 ou 4 fois cette somme (sauf s'ils se cassaient tous une jambe en même temps, fait hautement improbable). Et bien je dis bonne affaire pour le gagnant du gros lot ! A prendre ou à laisser: fallait pas hésiter !

De là à penser que Canal+, qui voyait poindre des tourments judiciaires à l'horizon avec les derniers interrogatoires des anciens présidents comme Perpère, a voulu se mettre à l'abri des poursuites ...
Cela rappelle étrangement le changement du RPR en UMP: du passé faisons place nette, au diable les petits juges, et en avant la musique !

0 Comments:

Post a Comment

<< Home