Saturday, August 12, 2006

Ne prenons pas en grippe les oiseaux migrateurs !

(d'après un article du Groupe Ornithologique du Roussillon)

Les hirondelles sont de retour dans nos villages ...
Suite à l'analyse de la progression du virus H5N1, on a vite accusé les oiseaux migrateurs. Le recul fait apparaitre que contrairement à ce que la presse semble prendre pour acquis, les ornithologues ont une approche toute différente en ce qui concerne les causes de la progression de ce virus.

Le commerce avicole
Il est fort probable que la plupart des cas de cotamination sont dus au commerce lié aux activités avicoles. Transport de poussins et de volailles ainsi qu'au transport et à l'utilisation des fientes et litières d'élevages.
En effet, les fientes, par un cycle de digestion très court, propre aux oiseaux, contiennent encore pas mal de matières nutritives et servent souvent au nourrissage des poissons de pisciculture. Les litières servent de fumure dans les champs et contaminent les herbes (n'oublions pas que les canards sont végétariens ...).
L'apparition du virus dans les élevages du Nigéria, hors période migratoire, met en évidence l'impact des importations clandestines de poussins en provenance d'Asie. Les oiseaux migrateurs et sédentaires ne représentent qu'un très faible vecteur du virus.
Une étude menée sur trois ans en Chine dans des zones touchées par la maladie a porté sur 13.000 oiseaux migrateurs. Seulement six oiseaux étaient porteurs du virus H5N1.
Parallèlement, les chercheurs ont travaillé sur 5000 volailles issues de différents marchés du sud de la Chine et 50 individus étaient porteurs de ce virus.
Cette maladie existe depuis très longtemps au sein des populations d'oiseaux (première description en 1878 en Italie et depuis, plusieurs épizooties ont touché de nombreux pays dans le monde, notamment aux Pays-Bas en 1993).

Une psychose se développe
Les oiseaux touchés par la maladie sont principalement les canards et les cygnes. Les autres espèces étant peu sensibles (à ce jour, aucun passereau insectivore n'a été trouvé porteur du virus).
Les hirondelles s'installent dans nos villages. Accueillons les à leur juste valeur. Leur population nationale est en baisse selon une étude du Museum d'Histoire Naturelle. Les Hirondelles, leurs nids et leurs oeufs sont protégés par l'article L 411-1 du code de l'environnement.
Les oiseaux représentent-ils une menace pour l'homme ou l'inverse ?

1 Comments:

At 3:35 AM, Blogger Monde Associatif said...

Merci pour ton commentaire sur mon blog au sujet de ne pas opposer les animaux et les hommes :). Très juste:) Ananda

 

Post a Comment

<< Home